En territoire de confessions

La Libre.be Marie Baudet – 11/04/2013 – Scènes – Rencontre

 


Sept voix, sept voies, sept nouvelles hongroises mises en scène.
À venir au Marni/Labo.

Andréa Bardos, comédienne et metteure en scène, membre en Belgique du groupe Leporello et travaillant occasionnellement en Hongrie, eut vent par une de ses collègues actrices de la Cie Béla Pinter de nouvelles de Szilàrd Podmaniczky. « Par hasard, je me suis trouvée à la Foire aux livres de Budapest, où il était en dédicace. Je l’ai abordé, lui ai demandé s’il était possible de traduire ses nouvelles en français afin de les monter en Belgique. Il a très vite dit oui. De retour à Bruxelles j’en ai parlé à Pierre [Sartenaer, comédien, cofondateur du collectif Transquinquennal], qui a dit oui. Et ensuite le Marni a dit oui », sourit la jeune femme. Qui en conséquence a entrepris la traduction, signant celle de 12 des 75 nouvelles du recueil « Territoire gardé par un chien crevé ».
Le spectacle à naître en a conservé le titre. Plus absurde qu’effrayant, selon les porteurs du projet, qui le tiennent pour un indice de l’humour – forcément mais pas seulement noir – de Podmaniczky. »Territoire gardé par un chien crevé » avait d’abord intitulé une soirée composite, il y a trois ans à la Bellone, où le tandem Bardos-Sartenaer se partageait quelques-uns des personnages de ces nouvelles.Entre-temps le projet a mûri tout en s’élargissant, se précisant. Des douze nouvelles traduites, sept ont été finalement retenues, une par acteur, par affinité. Chacune est comme une confession, un monologue intérieur. Pierre Sartenaer a réalisé le découpage dramaturgique – un montage encore sujet à modifications, à plus de dix jours de la première – de ces sept récits qui du coup s’entrelacent.
L’incongru posant question

« Ces personnages parlent de moments très précis de leur vie, et racontent le surgissement d’un élément incongru qui, alors qu’ils ne sont pas enclins à se poser des questions, les force à la faire. Ils en sont les premiers étonnés. Les réflexions leur tombent sur le coin de la figure ; ils essaient d’en faire quelque chose – de tout aussi maladroit que le reste. En somme pas mieux que n’importe qui », développe Pierre Sartenaer. Outre les thèmes récurrents de ces nouvelles – résumés en chœur par nos deux interlocuteurs : « la bouffe, la boisson, le sexe, le relationnel et ses complications, les frustrations à tous les niveaux » -, ce qui traverse ce « Territoire » « n’a rien d’une révolution de palais. Ce ne sont pas des gens qui ont la volonté d’agir sur le monde ; mais le monde finit par les étonner, au point de soulever en eux des interrogations existentielles, identitaires. L’auteur s’en amuse, avec bienveillance et une forte dose d’humour. Il utilise aussi des formules qui sont comme des éclairs absurdes. »« Ce qui les caractérise tous, ajoute Andréa Bardos, c’est une grande solitude. Ils semblent ne pas avoir beaucoup parlé dans leur vie. Mais ce n’est pas un sujet en soi, c’est leur norme… » Ces histoires et événements parfois microscopiques sont liés, par quelques signes, à la Hongrie, sans que ce contexte les affecte ou pèse particulièrement sur la narration. Podmaniczky écrit de là où il est, avec un regard moins politiquement critique que d’anthropologue, de sociologue, note Andréa Bardos.Plus que d’éventuelles « petites gens » (« ce n’est pas le propos, c’est même une questions que je voudrais évacuer »), « ce qui me touche ici, souligne Pierre Sartenaer, c’est la formidable incompétence des gens à s’interroger, à trouver des solutions pour leur propre vie – quelle que soit leur catégorie sociale. »Pour traduire scéniquement cet entrelacs, le dispositif (au Labo, avec sa petite jauge de 50 places) mettra acteurs et spectateurs sur le même pied, « avec un léger inconfort qu’on espère amusant ». Une option de simplicité qui, dictée par la nécessité, « s’applique bien à ce contenu, à ces antihéros dramatiquement maladroits ».

Lire l’article sur le site de La Libre Belgique

Épinglé

L’humour hongrois, vous connaissez ?

Szilàrd Podmaniczky. L’auteur des nouvelles de « Territoire gardé par un chien crevé » livre de lui un (auto)portrait : « [ ] Son désir le plus ardent semble être de vouloir distraire son public, ses lecteurs ainsi que lui-même. Pourquoi sinon passerait-il tant de temps à écrire ? Il écrit dans toutes sortes de catégories littéraires différentes. Le public aime ses nouvelles. Plusieurs films hongrois ont été écrits à partir de ses scénarios. Il écrit des essais, des histoires pour enfants. [ ] Cet auteur de 47 ans a publié 19 livres dont : « La Fiancée hydraulique », « Le Léopard qui salue des deux mains », « Cloches en caoutchouc » [ ] . Il ne vit pas dans la capitale Budapest mais dans un village sur les rives du lac Balaton avec sa femme. C’est de là qu’ils dirigent une maison d’édition de littérature contemporaine fondée il y a cinq ans et qui édite deux trois livres par an, surtout des jeunes talents. Il adore son jardin, nager, pêcher et cuisiner [ ] . Autrefois, ses modèles étaient Beckett et Thomas Bernhard, aujourd’hui il a un style propre. [ ] Il vient de publier un dictionnaire de 700 pages, dans lequel il décrit 5 000 micro-histoires dans l’ordre alphabétique. [ ] Un jour, quand il a fallu remplacer un tuyau sur le toit de sa maison, debout sur son échelle, il a formulé ainsi sa philosophie de vie : « La vie s’achève lorsqu’il n’est plus possible qu’il t’arrive quelque chose ». Faisons donc tout pour que ça arrive ! »

Apéritif littéraire avec Szilàrd Podmaniczky, le samedi 4 mai, à 18h30, au Marni.

Enfin en français ! La traduction par Andréa Bardos des 12 nouvelles de « Territoire gardé  »
paraît fin avril chez Kantoken, toute nouvelle maison d’édition.
Lire l’article sur le site de La Libre Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *